Suivez l’aventure 2021 !

Suivez l’aventure 2021 !

Des enchères records pour cette 161e Vente !

Nous vous avions annoncé une hausse, mais nous ne attendions pas à autant ! Nous avons vécu ce dimanche une vente historique et mémorable, avec une inflation de 100% pour les blancs et près de 60% pour les rouges.

Le maître-mot de cette vente : “hallucinante”

Cette année, tous les acheteurs ont pu être présents dans la salle. De quoi saluer le travail de Ludivine Griveau. Car oui la qualité était au rendez-vous, malgré l’absence de quantité. De quoi faire s’envoler les enchères !

S’envoler le mot est faible… Comme le veut la tradition, la vente a démarré avec la cuvée de Beaune premier cru Dames Hospitalières.  Et ça démarre fort ! Les prix ont doublé comparé à l’année dernière. Ça annonce la couleur ! Cette tendance sera confirmée une heure plus tard. Triste jeu de la loi de l’offre et la demande.

Nous parvenons toutefois à acquérir des pièces que nous avions mises sur notre liste. Les enchères sont nombreuses, les acheteurs se battent. Nous comptabilisons en début de vente 5 pièces – doucement mais sûrement.

Arrive alors le moment tant attendu de la pièce des Présidents – un Corton Renardes Grand Cru. Enchère animée par Jeanne Balibar & Pio Marmaï, qui ont fait le show pour leurs associations respectives. L’ambiance monte dans la salle. Et là, l’exceptionnel arrive ! 800 000€ ! Oui, vous ne rêvez pas. Un record absolu pour une pièce de vin. Pour rappel, l’année dernière la pièce de charité avait été adjugée 660 000€. Ce qui était déjà exceptionnel.

L’effervescence s’épuise peu à peu. Mais les pièces continuent de s’arracher à des prix exorbitants. Nous tirons notre épingle du jeu en acquérant différentes pièces, à des prix corrects au vu de la situation. Au total 29 pièces achetées pour l’escargot, 20 rouges et 9 blancs, contre 57 pour le millésime 2020.

Les pièces acquises par Anima Vinum :

Les rouges

Pommard 1er Cru Cuvée Dames de la Charité : 2 pièces

Volnay 1er Cru Cuvée Général Muteau : 2 pièces

Beaune 1er Cru Cuvée Guigone de Salins : 1 pièce

Corton Grand Cru Cuvée Charlotte Dumay : 1 pièce

Pommard Cuvée Raymond Cyrot : 1 pièce

Volnay Santenots 1er Cru Cuvée Gauvain : 2 pièces

Monthélie Les Duresses Cuvée Lebelin : 1 pièce

Beaune 1er Cru Cuvée Maurice Drouhin : 4 pièces

Pommard Cuvée Suzanne Chaudron : 2 pièces

Savigny-Les-Beaune 1er Cru Cuvée Fouquerand : 1 pièce

Beaune Les Montrevenots 1er Cru Cuvée Cyrot-Chaudron : 3 pièces

Les blancs

Meursault 1er Cru Les Genevrières Cuvée Philippe Le Bon : 1 pièce

Pouilly-Fuissé Cuvée Françoise Poisard : 2 pièces

Meursault Charmes 1er Cru Cuvée Bahèzre de Lanlay : 1 pièce

Corton Grand Cru Cuvée Docteur Peste : 1 pièce (et l’unique !)

Chablis Côte de Léchet 1er Cru Cuvée Jean-Marc Brocard : 1 pièce (et l’unique !)

Meursault Cuvée Loppin : 3 pièces

Résultats généraux de la vente :

Vins rouges 8 881 500€

Hausse de 58,96%

Vins blancs : 2 796 500€

Hausse de 101,72%

Total des vins : 11 678 000€

Total avec alcool (vins, marcs et fines) : 11 724 700€

Voilà ce qu’on appel un pari gagné pour le domaine des Hospices de Beaune.

Surréaliste”

C’est ainsi que titre le journal Le Bien Public ce matin à propos de la vente

Tic Tac Tic Tac le premier coup de marteau de la Vente aux Enchère des Grands Vins des Hospices de Beaune approche ! … Nous serons sur les bancs de la halle ! Allez, on vous embarque dans cette aventure hors du commun !

Les premières intentions d’achat et le positionnement tarifaire d’Anima Vinum

Cette 161ème édition de la vente des Hospices de Beaune sera placée sous le signe de la rareté !

Le domaine des Hospices de Beaune et sa régisseuse, Ludivine Griveau, produisent depuis quelques années des cuvées de qualité très impressionnante. Nous restons sur une passe de 3 d’anthologie avec 2018, 2019 et le « monstrueux » 2020, tous 3 marqués par un style solaire.

2021 marque le grand retour du classicisme bourguignon : nombre d’amateurs avaient un peu boudé les vins solaires de ces dernières années : ils sont de retour et se positionnent avec gourmandise en vue de la prochaine vente !

Fraicheur et précision aromatique, texture très fine et profondeur sont les marqueurs du millésime 2021 aux Hospices de Beaune.

Les aléas climatiques de l’année ont poussé les vignerons dans leurs retranchements : « une année de vigneron » disait-on. 2021 est également une année de vinificateur : ce sacré capricieux de Pinot Noir s’est laissé désirer : pas un millésime pour les débutants !

Ludivine Griveau est persuadée que ce sera aussi un millésime d’éleveur, et ça, ça nous plaît : c’est notre spécialité !

 Avant de vous présenter les cuvées que nous tenterons d’acquérir, nous vous rappelons les modalités de la souscription « Hospices de Beaune selon Anima Vinum »

Sélection des cuvées « cibles ».

Choisir, c’est renoncer…

En 2021 : 40 cuvées sur les 50, que compte le catalogue de la vente, ont le niveau pour être acquises par Anima Vinum !

Nous en avons sélectionné 29 dont 7 Coups de Coeur : la crème de la crème quoi !

Il est bien peu probable que nous puissions les acquérir en totalité, aussi nous ciblerons des groupes de cuvées, chaque groupe sera composé de cuvées aux profils gustatifs et aux potentiels tarifaires proches.

Nous tenterons d’acquérir au moins 1 cuvée (plus si possible) par groupe.

Les prix maxi annoncés sont en euros TTC / bouteille de 75 cl et incluent la personnalisation de l’étiquette au nom de chaque co-acheteur.

Vins rouges :

Groupe « Têtes de Cuvées »     note : 16,7/20         Prix maxi : 117.00 ttc 

*** Beaune 1er cru « Dames Hospitalières » : fine, aérienne, fraîche,

Beaune 1er cru « Guigone de Salins » : très fine, fruit net, fraîcheur.

Beaune 1er cru « Nicolas Rolin » : concentrée, structurée, puissante.

Groupe « Beaune 1er cru »        note : 16.38/20        Prix maxi : 112.47 ttc

*** Beaune 1er cru « Hugues & Louis Bétault » : finesse, fraîcheur, précision aromatique,  

*** Beaune 1er cru Les Grêves « Pierre Floquet » : Concentration, fraîcheur, profondeur, trame serrée

Beaune 1er cru « Maurice Drouhin » : Equilibre, pureté, finesse, profondeur

Beaune 1er cru Les Montrevenots « Cyrot-Chaudron » : Fraicheur, finesse, pureté, tension

Groupe «Pernand-Monthelie-Savigny»  note : 15.6/20  Prix maxi : 103.39 ttc

Monthelie Les Duresses « Lebelin» : (85% 1er cru) finesse, trame soyeuse, concentration

Permand Vergelesses 1er cru « Rameau Lamarosse » : fraîcheur, finesse, trame aérienne

Savigny Lès Beaune 1er cru « Fouquerand » : Fruits rouges, élégance, ampleur, finesse

Savigny Lès Beaune 1er cru Les Vergelesses : structure, rondeur de fruit, ampleur, tanique

Auxey-Duresses 1er cru Les Duresses « Boillot » : maturité, concentration, structure

Groupe « Pommard »             note : 16/20            Prix maxi : 114.73 ttc

Pommard « Suzanne Chaudron » : fraîcheur, finesse, trame serrée, classicisme

Pommard « Raymond Cyrot » : structuré, tanique, profondeur, potentiel de garde

Groupe «Volnay – Pommard 1er cru»  note : 17.4/20 Prix maxi : 144.23 ttc

Volnay 1er cru « Général Muteau» : élégance, fraîcheur, fruité frais, profondeur

Volnay 1er cru Santenots « Jean de Massol » : fraîcheur, précision, profondeur, persistance

*** Pommard 1er cru « Dames de la Charité » : racée, concentration, fraicheur, tanins superbes

Pommard 1er cru Epenots « Dom Goblet » : grande finesse, fraîcheur, élégante, aérienne

Groupe « Corton Grand Cru »         note : 17.5/20   Prix maxi : 218.01 ttc

Corton Grand Cru « Charlotte Dumay » : finesse, aérienne, profondeur. Proche Coup de Cœur.

Vins blancs :

Pouilly-Fuissé « Françoise Poisard » : précise, fraîche, énergique.    Prix maxi : 107.78 ttc

Groupe « Meursault »     note : 16.5/20                Prix maxi : 145.67 ttc 

Meursault « Goureau» : aromatique, riche, longueur, typique !

Meursault « Loppin » : Finesse, minéralité, tension, précision

*** Groupe « Meursault 1er cru »   note : 17.5/20         Prix maxi : 220.16 ttc 

Meursault 1er cru Poruzots « Jehan Humblot» : minérale, précise, ample, énergie, amertume noble

Meursault 1er cru Genévrières « Baudot» : tension, calcaire, pure, gros potentiel,  

Meursault 1er cru Genévrières « Ph. Le Bon» : aromatique généreuse, fraîcheur, profondeur

Meursault 1er cru Charmes « B. de Lanlay» : fine, élégante, fraîche, ample, proche coup de coeur

*** Meursault 1er cru Charmes « Albert Grivault» : Précision, minéralité, agrumes, tension,

Groupe « Grands Crus »         note : 18/20            Prix maxi* : 313.26 ttc 

Corton-Vergennes grand cru « Paul Chanson» : tension, minéralité, énergie, gros potentiel

*** Corton Charlemagne « F. de Salins » : puissance, générosité, fraîcheur, complexité

Echezeaux,

Clos de la Roche,

Bâtard-Montrachet,

Mazis-Chambertin,

 Ces 4 cuvées sont d’un niveau exceptionnel, leur prix le sera aussi. Sait-on jamais, si l’opportunité se présente d’en « accrocher » une à un prix acceptable, nous vous le ferons savoir !

Nous prendrons vos souscriptions jusqu’au début de la vente, soit dimanche 21 novembre à 14h30.

Hospices de Beaune – millésime 2021.
Chapitre 3 : La Dégustation

Ce millésime est le 7ème de Ludivine Griveau aux Hospices de Beaune, et c’est tant mieux !
2021 n’est pas le genre de millésime à mettre entre les mains d’un débutant.
2021 est un millésime très réussi aux Hospices de Beaune

Des vins bien notés par Anima Vinum !

Cette année encore, et nous avouons notre surprise, l’homogénéité qualitative est bien au rendez-vous : peu de cuvées ne sont pas « achetables », à nos yeux.

Le niveau qualitatif (nous éliminons toutes les cuvées dont la note est inférieure à 14/20 et nous concentrerons nos efforts sur les cuvées dont les notes sont égales ou supérieures à 15/20)

Écart type notes des rouges :   9 à 18/20

Note Moyenne des vins rouges* : 15.12/20

*Si je retire les vins dont la note est inférieure à 14/20, la moyenne s’établit à 15.6 /20
Écart type notes des blancs :   14 à 19.5/20

Note Moyenne des vins blancs : 17.15/20

Si le niveau qualitatif place les rouges 2021 en léger recul par rapport à 2020, ce n’est pas le cas pour les blancs qui égalent les notes de l’année dernière

Des vinifications ultra-précises

Telle un moine cistercien, Ludivine Griveau s’est cloitrée dans sa cuverie durant toutes les vinifications ! Cette année, il fallait être à l’écoute de chaque cuve, ce en permanence. Au cours des phases les plus critiques de la vinification, les cuves ont été« goûtées » jusqu’à 4 fois par jour.

Les vins rouges ont de belles robe rubis intense : ce ne sera pas le cas de tout le monde cette année… Les aromatiques « solaires » de ces derniers millésimes font place aux beaux arômes de Pinot Noir Bourguignon !!! Les paniers de fruits rouges sont bien là, soutenus par des trames tanniques élégantes au grain très fin et cette belle acidité bourguignonne. Nous avons là des vins rouges fins et frais qui seront délicieux d’ici 5 à 7 ans. Une douzaine de cuvées, sur les 37 présentées, sont des « must ».

Les vins blancs quant à eux sont des rescapés ! Ils proviennent des grappes qui ont échappé au gel et à la maladie ! Peu nombreuses, elles ont profité à plein de la surface foliaire et du potentiel de photosynthèse de leur cep. Concentration et équilibre comme rarement. Aromatique explosive. Cinquante pièces pour 17 cuvées, dont quelques-unes vont entrer dans l’histoire – à noter que quatre cuvées de blanc n’ont été produites qu’à hauteur d’une seule et unique pièce !

Les réussites en blancs : presque tout !

Mes meilleures sensations sont (notées 17/20 et +) :

Pouilly-Fuissé,
Meursault « Loppin »,
Meursault 1er cru Les Charmes « Bahèzre de Lanlay » et « Albert Grivault », Meursault 1er cru Porusots « Jehan Humblot », Puligny-Montrachet « Bernard Clerc »,
Meursault 1er cru Genévrières « Philippe le Bon »,
Corton-Vergennes « Paul Chanson » Grand Cru,
Corton-Charlemagne « François de Salins » Grand Cru.

Les réussites en rouges 

Nous retenons plusieurs secteurs particulièrement réussis : ceux de Beaune et Pommard notamment pour les prix les plus abordables ». Ceux de Corton Grand cru ensuite, dont les cuvées sont rares mais splendides. Enfin, pour les amateurs de bouteilles d’exception, les grands crus de la Côte-de-Nuits.

(Sont indiquées d’un * les cuvées notées 16 et +)
Pernand-Vergelesses,
Savigny-lès-Beaune 1er cru « Forneret » et « Arthur Girard »,
Auxey-Duresses 1er cru,
Beaune 1er cru « Cyrot Chaudron »*, « Brunet », « Maurice Drouhin », « Pierre Floquet »*, « Clos des Avaux », « Dames Hospitalières », « Guigone de Salins » et « Nicolas Rolin »,
Volnay 1er cru « Général Muteau »,
Volnay-Santenots 1er cru « Jean de Massol »* et « Gauvain »*
Pommard « Suzanne Chaudron » et « Raymond Cyrot »*
Pommard 1er cru « Dames de la Charité »*
Pommard-Epenots 1er cru « Goblet »*
Corton Grand cru « Charlotte Dumay »*, « Docteur Peste » et « Baronne du Baÿ »*
Clos de la Roche Grand cru*
Mazis-Chambertin Grand Cru*

La Pièce des Présidents 2021

Sera une cuvée très spéciale de :

Corton « Les Renardes » Grand Cru

Un vin vinifié et élevé dans une pièce issue d’un chêne de la forêt de Cîteaux (fût offert par la tonnellerie François Frères).

Hospices de Beaune – millésime 2021.
Chapitre 2 : La Vinification

Une précision d’horloger

La nouveauté cette année, c’est le recours pour les blancs à un très petit pressoir d’une capacité maxi de 15 hl afin de gérer avec précision les micro-cuvées.

Les rouges ont tous été vinifiés « en parcellaires », c’est-à-dire que chaque vigne, chaque climat a été vinifié séparément, là encore pour tendre vers la plus grande précision.

Les extractions de couleurs ont été plus difficiles à réaliser que sur les précédents millésimes, très solaires. Pourtant les robes que nous avons vues sont de belle intensité.

Les aromatiques sont une fois de plus extrêmement nettes et précises : Ludivine excelle dans ce registre.

Les structures tanniques sont moyennes (ce qui n’est pas dévalorisant) si on les compare à celles de 2020 ou 2019, dont les raisins avaient été concentrés par un (trop) chaud soleil d’été. La qualité des tannins est encore une fois excellente : voilà encore un exercice dans lequel Ludivine Griveau démontre sa maîtrise.

Les bouches des rouges sont très équilibrées, structurées autour de tanins serrés et frais.

C’est le grand retour du classicisme bourguignon et cela nous fait plus que plaisir !!! (Lire ici notre article “Le grand retour du Pinot Noir à la bourguignonne“)

Conditions de la dégustation 

Le 28 octobre 2021 entre 14 et 16h30 (jour « feuille »). Dégustation sur échantillons prélevés le jour même.

Tous les vins sont entonnés en fûts neufs, sauf Chablis 1er cru qui est entonné dans un fût de plusieurs vins.
Tous les vins ont terminé leur fermentation alcoolique et sont totalement « secs ».
Aucune fermentation malolactique n’a débuté.
Futaille : 2021 voit l’arrivée de nouveaux tonneliers.

________________________________

5 tonneliers sélectionnés cette année :

« Damy » pour tous les vins blancs
« Billon » pour les Pernand-Vergelesses, Monthelie, Santenay et Auxey-Duresses (Origine Forêt des Bertranges) Nièvre, près de la Charité-sur-Loire
« Cadus » pour les Savigny Lès Beaune
(Origine Forêt de Tronçais) dans l’Allier
« François Frères » pour les Beaune 1er cru, Volnay-Santenots et Pommard 1er cru
(Origine Forêts de Loches et Bellary) en Touraine et Nièvre
« Ermitage » sur les Volnay 1er cru et Pommard
(Origine Forêt des Bertranges) – Nièvre, près de la Charité-sur-Loire
« Taransaud » pour les Corton, Echezeaux, Clos de la Roche et Mazis-Chambertin
(Origine Forêt de Moladier) – région Auvergne-Rhône-Alpes

Hospices de Beaune – millésime 2021.
Chapitre 1 : la météo

Autant crever l’abcès d’entrée de jeu : il y aura du vin cette année mais … il n’y en aura pas pour tout le monde !

Ce millésime est LE PLUS RARE que nous ayons connu depuis 46 ans ! En tout, 349 pièces de 228 litres et 5 “feuillettes” (ou demi-pièces de 114 litres) seront mises à la vente le 21 novembre prochain. Contre 800 pièces de vin en année pleine.

Gel = 1 – Chardonnay = 0

Les gelées noires d’avril 2021 ont brûlé des bourgeons fraichement éclos.

Les 6, 7 et 8 avril 2021, un front froid venu du nord, recouvre toute l’Europe occidentale. (Voir ici notre diaporama : Gelées noires – Nuits blanches) Rien de très anormal pour un vigneron bourguignon que de gratter le pare-brise à cette époque de l’année.

Le « hic » c’est que l’hiver à été de courte durée et plutôt doux. Le soleil de mars a fait s’affoler les thermomètres ( les 25°C ont été franchis plusieurs jours durant). Les secteurs en coteaux, plus secs, moins argileux, se sont réchauffés rapidement. Résultat, le Chardonnay – toujours prompt à débourrer – ne s’est pas fait prier.

Ce sont donc de jolis bourgeons fraîchement éclos qui furent les premières victimes de ces trois nuits de gel. Malgré une lutte acharnée au moyen de bougies posées entre les rangs, le 8 avril au matin marquait la fin des espoirs de récolte de nombreux vignerons, du nord au sud de la Bourgogne. (Lire ici notre article : Le Jour d’Après) La floraison par temps frais et humide ne donne jamais de résultats formidables : les fleurs rescapées du gel n’ont pas totalement et complétement fructifié (une plante ayant subit un fort stress, comme le gel, ne fructifie jamais pleinement.) Le Pinot Noir, plus tardif, fut moins impacté, surtout sur la Côte-de-Nuits qui fût globalement épargnée par les dégâts du gel.

Puis l’été fût extrêmement pluvieux et frais : conditions idéales pour les maladies bien connues : le Mildiou et l’Oïdium. Alors là encore, de mémoire de vigneron, la « pression mildiou » en 2021 n’a pas d’équivalent ! (Lire ici notre article : De l’eau et des glaçons, le redoutable cocktail 2021) La Côte-de-Nuits où le moral était bon en raison d’une excellente charge de raisins (n’ayant pas gelé), a enregistré chez certain, des pertes très sévères. C’est l’histoire du vigneron de la Côte-de-Nuits qui achetait des cuves supplémentaires pour y loger une récolte généreuse en juillet et les revendait à la mi-août…. Un mildiou plus que musclé était passé par-là entre-temps !

Dans ce contexte très stressant, Ludivine Griveau, la régisseuse du domaine des Hospices de Beaune a gardé le cap du « Bio » et s’est appuyée sur une qualité de pulvérisation acquise progressivement et intelligemment ces quatre dernières années.

Des vendanges de septembre … à l’ancienne

Le millésime 2021 sera plus tardif, en comparaison des trois derniers, d’environ trois semaines !

Aux Hospices, les vendanges 100% manuelles, ont débuté aux environs du 12 septembre sur les secteurs de Pouilly Fuissé et de Volnay. Nous retrouvons là des dates de vendanges tout à fait normales pour la Bourgogne… de nos parents ! (Voir ici les photos)

La maturation très lente des baies, en raison d’un soleil peu ardent, est une bonne garantie de la préservation de la fraîcheur aromatique et de l’acidité qui sont autant de marqueurs pour les grands vins de Bourgogne.

La qualité du tri est un impératif du millésime : trois tables de tri avec une dizaine de trieurs pour chacune d’elles (bien plus que d’habitude), ont été mobilisées sur le quai de la cuverie.

A la cuverie des Hospices de Beaune, les raisins sont triés et mis en cuves…
(Images Anima Vinum – archives)


Millésime 2021 aux Hospices de Beaune : Le grand retour du pinot noir « à la bourguignonne »

Les vendanges sont terminées aux Hospices de Beaune ! Durant huit jours, les caissettes de raisins ont afflué de toute la Côte viticole bourguignonne pour rejoindre la cuverie à Beaune. Triées par les petites mains – nombreuses – les grumes ont rejoint pressoirs et cuves, sous l’œil attentif de leur régisseuse Ludivine Griveau.

Et nous, curieux de ce qu’allait donner ce millésime si particulier, on a filé la voir à domicile…

Accueillis à bras ouverts par une Ludivine confiante, pleine d’énergie, nous avons compris un peu mieux de quoi ce millésime serait fait ! Présence, intuition, et bon sens bourguignon !

Attention, série limitée !

« Je vous préviens, personne ne pourra goûter mon seul fût de *** (#info confidentielle) avant la vente ! » Bon d’accord, elle donne le ton. En blanc, la récolte est minime. Il faudra se lever de bonne heure pour acquérir les rares fûts de Chardonnay, notamment dans les appellations les plus prestigieuses, celles qui ont souvent le plus souffert des gelées d’avril – une nappe de froid polaire a touché les vignes en coteaux durant plusieurs jours et de la neige a brûlé pas mal de bourgeons en pleine éclosion.

En revanche la qualité est magnifique. « Belle surprise, ce sera un grand millésime en blanc ». Eh oui, car les petits rendements ont gonflé les maturités, et les Chardonnays ont conservé une belle acidité vu le profil météorologique froid de l’année. Les baies rentrées dépassent tous les espoirs en qualité.

Le grand retour du millésime bourguignon !

Côté rouges, c’est le grand retour du pinot noir « à la bourguignonne ». « Ces derniers millésimes très chauds nous ont habitué à des maturités importantes, des tanins et des vinifications presque faciles… Aux Hospices, j’ai affaire à mon premier millésime très bourguignon. » Aux Hospices oui, mais dans sa carrière, Ludivine les a bien connues les années pluvieuses ou froides. Même pas peur. Au contraire, elle attend un pinot noir frais, comme on les aime ! « Les pépins sont mûrs et nous avons zéro défaut dans les cuves. »

« C’est un retour à nos racines, de ce que le pinot peut avoir de plus passionnant. Le savoir-faire du vinificateur et celui de l’éleveur vont prendre tout leur sens. »  La table de tri, aussi ! Cette année, les Hospices mobilisent encore plus de petites mains que d’habitude, 10 personnes dont deux à l’éraflage, 1/3 de temps en plus par cagette. Et un pré-tri effectué par le videur de caisse. « On a mis du mûr et du sain dans nos cuves ! »

Un millésime de présence !

Depuis son arrivée aux Hospices, la régisseuse a patiemment réglé la mécanique (investissements à la cuverie, réorganisation, nouvelles machines de pulvérisation pour les traitements) pour être capable le moment venu – là … par exemple – de faire face à un millésime très technique. Œnologue de formation, elle aborde de façon sereine et concentrée cette épreuve de vinificateur. Et ce, après avoir réussi le pari de la récolte aux vignes : « Pas de mildiou sur baies, sans utilisation de produits chimiques ou de synthèse. » Une patiente marche vers le bio certifié.

« Il faut faire le bon geste au bon moment », Ludivine explique que les millésimes précédents réagissaient directement aux interventions dans les cuves. Ce millésime, non. Donc il faut avoir la bonne intuition, être précis. Les résultats ne sont visibles que longtemps après. « C’est un challenge dans lequel je me sens à l’aise car je suis très présente auprès des vins. »

La vente s’annonce donc encore une fois passionnante, peu de fûts, une qualité au rendez-vous et quelques très belles surprises nous attendent. Quant à la pièce des Présidents, Ludivine lève le voile : la cuvée sera choisie pour son caractère unique et sera logée dans un écrin tout aussi spécial, proposé cette année par le tonnelier François Frères. La cause que nous soutiendrons sera celle des femmes !


Les vendanges battent leur plein en ce moment aux Hospices de Beaune. Le millésime 2021 est en train d’être récolté, de Chablis à Pouilly-Fuissé !

A la cuverie des Hospices de Beaune, les raisins sont triés et mis en cuves…
(Images Anima Vinum – archives)

Et pendant ce temps, deux millésimes sont à l’élevage dans nos caves bourguignonnes. 2019 demande de rester en fûts plus longuement et 2020 vient de passer une année sous terre et resterait bien encore quelques mois…

Retour sur la 159e vente aux enchères (2019) des Hospices de Beaune, menée par Christie’s.

La 159ème vente des Vins des Hospices de Beaune s’est achevée une nouvelle fois sur un record ! Les cours se sont envolés de plus de 20% en moyenne et le prix moyen de la pièce de vin s’établit à un peu plus de 20 000 euros HT : du jamais vu ! Les amateurs et professionnels du monde entier se sont précipités sur ce millésime en «9», dont Bernard Burtschy, grand dégustateur et correspondant pour la presse spécialisée nationale, a dit qu’en 40 années de dégustation aux Hospices, il n’avait jamais goûté une telle réussite !

Retour sur la 160e vente aux enchères (2020) des Hospices de Beaune, menée par Christie’s.

Au lendemain de la vente, l’émotion est encore très présente.

Comment vous dire … cette 160e vente était juste … exceptionnelle et inoubliable !

Malgré le contexte tout à fait inhabituel, les résultats restent proches de ceux de l’année dernière. Globalement les prix se sont maintenus, même si l’on constate une légère baisse sur les blancs. Au total, la vente a généré 12 761 600€ ! 9 000 200€ pour les rouges et 3 761 400€ pour les blancs. Soit un prix moyen par pièce de 24 112€.

Comme vous le savez, ce millésime exceptionnel est le plus réussi de Ludivine GRIVEAU. Qualité et homogénéité sont au rendez-vous, nous ne pouvions donc pas passer à côté !

Comme le veut la tradition, la vente a débuté avec la cuvée de Beaune 1er Cru Dames Hospitalières. Les premières pièces partent, jusqu’à notre enchère ! Et une pièce pour Anima Vinum, une ! Puis une deuxième. Nous étions lancés…

La vente se poursuit dans une ambiance très studieuse. Arrive la pièce des Présidents ! Et là, tout bascule. La salle s’échauffe, les enchères aussi. Rappelons que cette année les gains reviennent aux Hospitaliers de France, une cause très symbolique en ces temps de pandémie. Première enchère à 228 000€ ! Les prix montent, 340 000, 380 000, 400 000… puis tout s’envole, 430 000, 450 000, 470 000, 500 000 ! Jusqu’où les enchères vont-elles aller ?! Un acheteur anonyme enchérit de nouveau, 610 000€ ! Puis un autre, 640 000, 660 000€ ! Et là l’inattendu. Notre partenaire Brésilien, Alaor Pereira LINO, acheteur des pièces de Présidents de 2018 et 2019 décide d’offrir 20 000€ en dons pour cette association. L’acheteur anonyme fera de même en offrant 100 000€ tout en abandonnant les enchères. La pièce est finalement adjugée à 660 000€, auxquels on ajoute les 120 000€ de dons. Soit un total de 780 000€ ! Du jamais vu ! Lorsqu’on vous disait que cette vente était inoubliable …

Les enchères se poursuivent, nos achats également sur une tendance des cours en ligne par rapport à celle de l’année passée.

20h15 : la vente est terminée. Anima Vinum repart avec 56 pièces ! Record battu pour notre escargot, qui n’aura pas chômé ! Nous le devons en partie à nos co-acheteurs et nous vous remercions encore vivement pour votre confiance croissante et renouvelée. Pas d’inquiétude, nous ne manquerons pas de fêter ça !