Suivez le millésime 2022 pas à pas …

Suivez le millésime 2022 pas à pas …

Vous souhaitez co-acheter avec nous ? Prenez connaissance de tous les détails sur nos FAQ (cliquez sur le lien)

Dès Jeudi, nous vous enverrons les prix estimés des bouteilles que nous acquerrons, ou bien sur cette page.

Nous recevrons vos commandes jusqu’au vendredi minuit précédant la Vente à l’adresse suivante : lescargot@animavinum.fr

On parle de nous… Un article des Buvologues

Pour voir la vidéo, suivez ce lien : https://www.lesbuvologues.com/2022/11/21/hospices-de-beaune-et-anima-vinum-les-acheteurs-entrent-en-action/

Les Buvologues suivent sur trois dates le second acheteur de la vente des vins des Hospices de Beaune. Prêt pour une immersion dans la plus célèbre vente aux enchères de vins au monde?

Anima Vinum, quésako?

L’année de la bascule avant le nouveau millénaire, deux amis d’enfance s’allient pour « sélectionner les meilleurs vins d’artisans et les rendre accessibles dans toute la France ». Pierre Grimaldi et Jean-François Vandroux (JVF dans ce texte) s’associent et créent Anima Vinum.
Marjon, l’épouse de ce dernier en est la troisième associée. Cinq collaboratrices complètent cette entreprise basée dans la blanche commune de Meursault.

Anima Christie’s

Dès 2005, l’arrivée de Christie’s en tant que co-organisateur de la vente libère le marché à de nouveaux acquéreurs. Anima Vinum est de ceux là. Jean-François achète cette année, leur première pièce de vin : un Beaune 1er Cru « Dames Hospitalières ». Des trois associés Jean-François est « le » palais. A lui la responsabilité de sélectionner puis d’enchérir le jour de la vente. C’est justement ce que nous allons vous faire vivre de l’intérieur.

Emile, « l’escargot totem » d’Anima Vinum surveille le travail de son maître Jean-François

Top départ!

Nous sommes le 28 octobre et parmi les tous premiers (après la régisseur du domaine et son équipe) à découvrir les 51 cuvées qui seront mises en vente le 20 novembre. Ludivine Griveau-Gemma, la régisseur des Hospices (elle ne veut pas du terme au féminin dont acte) nous accueille de son sourire. Petit topo sur les cuvées toutes prélevées et assemblées en bouteille le matin même. Toutes les vignes ont produit cette année* une quantité à la hauteur de la qualité. Il fallait remonter à 2018 pour avoir une « pleine récolte ».

Jean-François et sa collaboratrice Marion commencent la dégustation. En bon bourguignon, « Monsieur Vin » déguste « à la Bourguignonne ». Comprenez içi qu’il commence par les vins rouges et termine par les blancs. Le pinot noir représente les deux tiers des cuvées produites aux Hospices. Autant dire que nous avons du vin sur la planche.

Une histoire de sols

Jean-François est le seul à établir la sélection des vins qui seront ensuite présentés aux co-acheteurs d’Anima Vinum. En matière de Bourgogne il l’avoue « Chez Anima Vinum on préfère le calcaire aux argiles ».
Parmi la large gamme d’appellations notre dégustateur en chef (re) connait ses préférés. Ainsi le Beaune « Cyrot-Chaudron » ou le Volnay « Général Muteau » et bien sûr « Les Dames Hospitalières » sont souvent dans sa première main. Côté chardonnay, le Pouilly-Fuissé « Françoise Poisard », Les Meursault « Loppin », « Jéhan Hublot » et le grand cru Corton Vergennes « Paul Chanson » font vibrer ses papilles.

Discussion technique avec Sébastien, le bras droit expérimenté de Ludivine Griveau-Gemma

Première sélection

« Cette sélection n’a rien à voir avec le volume des cuvées » nous explique tout de go JFV. Et de poursuivre « Nos co-acheteurs achètent un budget (…) Nous somme plus stratégiques au moment de la vente ». Les vins pré-selectionnés sont classés en trois paliers de prix. Inférieur à 12 000€, entre 12 et 16 000€ et plus de 16 000€. Ce prix étant donné pour un tonneau de 228 litres hors frais d’achats et d’élevage. Le prix de la rareté. D’un morceau d’histoire liquide.

Pour justifier de ses choix de sélectionneur, JFV n’indique que des commentaires. Pas de notes sur 20 ou sur 100. « On n’est pas des critiques! » lâche t’il dans un rire. Si ça continue on va le recruter pour déguster aux Buvologues.
Lui qui achète depuis 17 millésimes reconnait que certaines cuvées se sont bonifiées depuis l’arrivée de la nouvelle régisseur en 2015. Il n’hésite pas à nous confier que « le Pommard « Dames de la Charité » à été transfiguré ».

Meursault 1er Cru Les Charmes de Bahèzre de Lanlay, Savigny 1er cru « Vergelesses – Cuvée Formeret » et le Pommard 1er Cru « Dames de la Charité » : trois cuvées issue de la première sélection de Jean-François Vandroux

Une sélection en mode escargot

Du spirituel au spiritueux, chez Anima Vinyle le vin est une affaire (d’état) d’esprit. Leur devise pourrait être celle de Nicolas Boileau : « Hâtez-vous lentement et, sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ». Pour affiner cette première impression, il reviendra les 9 et 10 novembre avec des clients de premier ordre. Il re-dégustera avec eux. Après cette troisième étape sa mission de sélectionneur sera complète.
Mais nous le retrouverons le 18 novembre pour une ultime dégustation particulière avec Alaor Lino, l’associé brésilien d’Anima Vinum. Ce fou de Bourgognes achète pas moins de la moitié des cuvées d’Animal Vinum. Voilà qui nous promet de riches et vineux échanges.
Et de belles histoires à vous raconter.

Reportage & photographies,
Guillaume Baroin

*hormis celle de Santenay qui a été arraché

J-3 Vente des Hospices de Beaune 2022 :

Le prix des meilleures cuvées du millésime 2022

Les Meilleures cuvées du Millésime par Anima Vinum 

C’est le moment de faire votre choix ! 

Pas simple de définir des zones de prix cibles pour chacune des cuvées : il faut prendre des paris sur l’avenir en tenant compte d’éléments objectifs (Nombre de pièces mises en vente pour chacune des cuvées, tendance des cours négoce du millésime, études des historiques sur cinq années, parités entre Euro et les principales devises,…) et aussi en tentant de « sentir » quels éléments totalement aléatoires pourraient bien avoir une importance sur les prix marteau !

Avec 802 pièces à la vente cette année, nous sortons de la pénurie qui vait marqué 2021 : il est très probable que de belles opportunités se présentent !

Nous vous livrons ci-dessous, sous forme de tableaux, la liste des cuvées que nous sélectionnons pour ce millésime. Chaque cuvée est notée sur 20. Nous vous indiquons le potentiel de garde pour un format 75 cl.

Vous y lirez la plage tarifaire probable de chaque cuvée, ainsi que le prix Maximum hors TVA des 3 formats que vous pourrez souscrire ; la bouteille, le magnum et le Jéroboam.

J-3 Vente des Hospices de Beaune 2022 : Le prix des meilleures cuvées du millésime 2022

Trois dégustations pour une sélection millimétrée ! 

Les 51 cuvées du millésime 2022 n’ont maintenant plus aucun secret pour nous, après nos dégustations des 28 octobre et 9 et 10 novembre !

Souvent déstabilisante pour l’amateur non professionnel, la dégustation des très jeunes vins constitue durant plusieurs mois, le quotidien des sélectionneurs exigeants.

Dans leur très jeune âge, les vins connaissent moult processus physico-chimiques qui les rendent tantôt grognons, ronchons, tantôt fermés à double tours ! Les phases oxydatives succèdent aux phases réductrices et les dégustations se font toujours sur des vins chargés de leur gaz carbonique de fermentation : que du bonheur donc.

Quel métier !!!

De notre point de vue de sélectionneur, 2022 est formidable car plus hétérogène que les 2018, 2019 et 2020. L’année est donc idéale pour faire valoir notre expertise !

Notre philosophie de sélection aux Hospices de Beaune :

Les vins des Hospices de Beaune ont acquis une notoriété mondiale au-cours des dernières années. Ludivine Griveau qui assure un travail rigoureux et de grande qualité dans les vignes autant qu’en cuverie et Sotheby’s qui assure la mise en vente aux enchères, contribuent à faire reconnaître les vins du domaine comme étant dignes de figurer parmi les meilleurs du monde.

Leur prix, en hausse soutenue, reflète la demande forte du marché (international surtout).

Nous avons choisi de ne proposer à la souscription, que les meilleures cuvées du millésime. D’aucuns diront qu’il n’y a aujourd’hui plus de mauvaises cuvées aux Hospices : c’est vrai. Mais nous observons chaque année, un certain nombre de cuvées plus réussies que d’autres. Plus profondes, plus nettes, plus complexes, plus équilibrées,… Ce sont celles-ci qui composent nos sélections et qui sont nos cibles pour la vente.

Toutes les cuvées notées 14/20 et moins, sont tout simplement éliminées de notre liste d’achats.

Le Top du Top est signalé par une mention « Coup de Cœur » : 1 y en a 8 cette année (dont 2 Grands Crus de la Côte de Nuits, inaccessibles…)

Avant de vous présenter les cuvées que nous tenterons d’acquérir, nous vous rappelons les modalités de la souscription « Hospices de Beaune selon Anima Vinum »  (cliquez sur le lien)

Je vous invite à découvrir ci-dessous les cuvées de notre sélection, classées par secteur d’appellations :

Secteur Beaune 1ers crus rouges :

Les 3 Têtes de Cuvées Beaune 1ers crus Nicolas Rolin, Guigone de Salins et Dames Hospitalières tiennent leur rang. 

Les Dames Hospitalières sont « Coup de Cœur ».

Beaune 1er cru Nicolas Rolin (Structure, concentration, chaleur, maturité)       16.5

Beaune 1er cru Guigone de Salins (Trame serrée et fine, salivante, contenue)     17

Beaune 1er cru Dames Hospitalières (Fraîcheur, équilibre, aérienne, juteuse)    Coup de Coeur

Beaune 1er cru Cyrot Chaudron (Grande finesse, énergique, fraîche, nette)       16.5

Beaune 1er cru Rousseau-Deslandes (Profondeur, finesse, fraîcheur)                15.5

Beaune Grèves 1er cru P. Floquet (Équilibre, rondeur, tanins fins,)                  15.5

Beaune Clos des Avaux 1er cru (Juteuse, texture fine, structure)                        15.5

Secteur Nord Beaune rouges:

Pernand-Vergelesses 1er cru (Profondeur, fraîcheur, structure, qualité tanins)    15

Savigny-lès-Beaune Vergelesses 1er cru Forneret (Maturité, finesse, concentration, fraîcheur) 16.5

Savigny-lès-Beaune 1er cru Arthur Girard (Maturité, finesse, fluidité) 14.5

Secteur Sud Beaune rouges :

Volnay Santenots 1er cru Gauvain (Concentration, longueur, structure)  15.5

Volnay Santenots 1er cru Massol (Profondeur, fine et pure, concentration) Coup de Cœur

Pommard Billardet (Structure, tanins serrés, potentiel d’élevage++)         14.5

Pommard Suzanne Chaudron (Finesse, élégance, texture tanins top)        15

Pommard Raymond Cyrot (Fruit net et frais, profondeur)                      15.5

Pommard 1er cru Dames de la Charité (Concentration, fraîcheur, énergie)        17

Pommard Epenots 1er cru Dom Gobelet (Très fin, texture serrée, finesse) Coup de Cœur

Grands Crus rouges

Corton Bressandes Charlotte Dumay (Juteuse, fine, élégante)                16

Corton Renardes (Aromatique pure, concentration, complexité, finesse)    17

Echezeaux J-L Bissey (Finesse +++, complexité, précision, gros potentiel) 18

Clos de la Roche (fluidité, concentration, salin, fraîcheur, gros potentiel) Coup de Cœur

Mazis-Chambertin (concentration, grande profondeur, structuré, longueur) Coup de Cœur

Les vins blancs :

Pouilly-Fuissé F. Poisard (Pureté aromatique, équilibre, densité)            16

Saint-Romain J. Menault (ureté, énergie, fraîcheur, précision)            15.5

Meursault Loppin (Tension, précision, finesse, potentiel)                       15

Meursault Goureau (Densité, enrobée, précision, longueur)                   15.5

Meursault Poruzot 1er cru (Tension, énergie, agrumes, calcaire)              17

Meursault Genévrières 1er cru Baudot (Net, fluide, potentiel d’élevage) 15

Meursault Genevrières 1er cru Ph. Le Bon (Densité, profondeur, complexe)  Coup de Cœur

Meursault Charmes 1er cru B. de Lanlay (Densité, prise de bois, longueur) 15.5

Meursault Charmes 1er cru A. Grivault (Tension, minéralité, profondeur) Coup de Cœur

Corton Grand cru Dr Peste (Finesse, nette, fraîcheur, élégance)                  16

Corton-Charlemagne Roi Soleil (Précision, rondeur, ampleur, puissance) 16

Corton-Charlemagne F. de Salins (Concentration, équilibre, longueur,) Coup de Cœur

Retrouvez et téléchargez sur ce lien le répertoire des cuvées des Hospices de Beaune avec leur historique

CLIQUEZ ICI

  Dans notre prochaine publication qui vous parviendra jeudi, nous parlerons prix :  nous vous indiquerons les prix maximum de souscription, étant entendu que si nous achetons en deçà de celui-ci, les vins souscrits vous coûteront moins cher.

1/ Tour d’Horizon du millésime 2022

Pour les vins de terroirs, les années se suivent et ne se ressemblent pas. L’année 2022, ensoleillée et prolifique, fait suite à 2021, année de disette, et redonne le sourire à la Bourgogne viticole. Pourtant, tout ne semblait pas gagné !

La Floraison fût irrégulière et grandement impactée par la sécheresse : d’une vigne à une autre, il peut y avoir plus d’une semaine d’écart : en cause le manque d’eau qui ralentit le cycle végétatif dans les secteur les plus calcaires et pauvres.

Des épisodes pluvio-orageux très localisés permirent à la vigne de trouver suffisamment d’eau pour maintenir son activité végétative à un niveau satisfaisant. Seuls les coteaux calcaires les moins profonds et exposés au sud connurent un fort stress hydrique.

2022 se révèle être un des millésimes les plus précoces que connut la Bourgogne : début de vendanges en août et toute la récolte était en caves le 10 septembre ! A cette date en 2021, aucune grappe n’avait encore été récoltée !!!

Ludivine Griveau garde le cap du « Bio » : le domaine sera certifié en Bio avec la récolte 2024.

Cette année, Ludivine met plus que jamais l’accent sur la qualité de la pulvérisation foliaire – savoir appliquer les traitements sur les feuilles – pilier de la viticulture biologique. Autre préoccupation : le niveau de matière organique dans ses sols, qu’elle juge trop faible. La tendance sera inversée dès 2023.

Les vendanges sont 100% manuelles aux Hospices de Beaune. Vendangeurs et trieurs sont hyper sensibilisés sur la qualité des grappes et des baies qui se retrouveront dans les cuves. Cette année, la qualité sanitaire de la vendange est exceptionnelle : le tri sera surtout utile pour retirer les baies les moins mûres (conséquence d’une floraison hétérogène).

Vinification :

Les blancs sont pressurés en grappes entières puis entonnés après un léger débourbage alors que les rouges ont été systématiquement égrappés.

Les rouges ont tous été vinifiés « en parcellaires », c’est-à-dire que chaque vigne, chaque climat ont été vinifiés séparément, là encore pour tendre vers la plus grande précision.

Ce millésime est le 8ème de Ludivine Griveau aux Hospices de Beaune.

2 / La dégustation des vins 

Conditions de la dégustation :

Le 28 octobre 2022 entre 9h30 et 12h00 (jour « feuille »). Dégustation sur échantillons prélevés le jour même. 

Tous les vins sont entonnés en fûts neufs et ont terminé leur fermentation alcoolique, ils sont totalement « secs ».

Aucune Fermentation malolactique n’a débuté.

Et enfin, un dégustateur en pleine forme et équipé de papilles bien aiguisées !

Les tonneliers sélectionnés cette année :

« Damy » pour tous les vins blancs

« Billon » pour les Pernand-Vergelesses, Monthelie et Auxey-Duresses (Origine Forêt de Bertranges)

« Cadus » pour les Savigny Lès Beaune

(Origine Forêt de Tronçais)

« François Frères » pour les Beaune 1er cru, Volnay-Santenots et Pommard 1er cru

(Origine Forêts de Loches et Bellary)

« Ermitage » sur les Volnay 1er cru et Pommard

(Origine Forêt de Bertranges)

« Taransaud » pour les Corton, Echezeaux, Clos de la Roche et Mazis-Chambertin

(Origine Forêt de Moladier)

   Première surprise de taille :

malgré sécheresse et canicule, 2022 étonne par une fraîcheur aromatique toute bourguignonne !!!

    Deuxième surprise :

2022 est généreux ! Comme le disent les vignerons, « ça coulait sous le pressoir ! » 802 pièces seront mises en vente cette année (contre 351 l’année dernière…..)

Les vins blancs seront fins avec un bouquet très net et flatteur. Ludivine Griveau excelle dans la vinification des vins blancs et cette année encore, malgré une qualité un peu plus hétérogène que ce que nous avons connu dans les années récentes, il y aura des cuvées au Top ! Plusieurs secteurs retiennent notre attention, comme nous le verrons plus bas.

Les rouges, plus hétérogènes eux aussi, dévoilent une belle netteté aromatique, sur la fraîcheur du pinot noir, une structure moyenne et de très beaux tanins fins. Ces vins seront souples et avenants dès leur jeune âge, et une garde de 5 à 8 ans ne leur fera pas peur !

Là aussi, plusieurs secteurs s’en sortent mieux : ils seront des cibles prioritaires pour nous lors de la vente.

Avant de vous livrer notre pré-sélection à l’issue de cette première dégustation, voici le « Flash-Info Hospices 2022 » !

L’arrivée de nouvelles cuvées aux Hospices de Beaune est un évènement rare et cette année est exceptionnelle de ce point de vue.

Une partie des Beaune 1er cru « Clos des Mouches » rouge qui entrent dans l’assemblage de la cuvée « Hugues et Louis Bétault » a été arrachée puis replantée en Chardonnay en 2014 : il y aura 5 pièces de Beaune 1er cru « Clos des Mouches » blanc mis en vente. Je prends le pari qu’il y aura bagarre sur cette cuvée !

Ludivine est sur la colline de Corton, comme dans son jardin : elle y est née professionnellement en 2004 et connait le secteur comme sa poche ! Avec 2022, elle réalise un dépoussiérage en donnant le jour à une nouvelle cuvée de Corton grand cru.

4 cuvées de Corton grand cru, toutes vinifiées en parcellaire(ce qui n’était pas le cas jusqu’alors) seront à la vente.

Enfin, notons que Santenay « Clos des Hâtes » cuvée Catherine Friedberg disparaît : la vigne ayant été arrachée pour être replantée dans quelques années. Cette cuvée ne nous manquera pas : nous l’avons toujours considérée comme la plus faible du domaine des Hospices.

Avant de vous présenter les cuvées que nous tenterons d’acquérir, nous vous rappelons les modalités de la souscription « Hospices de Beaune selon Anima Vinum »  (cliquez sur le lien)

Les meilleures cuvées en blanc

Pouilly-Fuissé

Saint-Romain

Meursault “Loppin” et Meursault “Goureau”

Meursault 1er Cru Les Charmes “Bahèzre de Lanlay” et “Albert Grivault”

Meursault 1er Cru Les Genevrières “Philippe Le Bon”

Corton Grand Cru “Docteur Peste”

Corton-Charlemagne Grand Cru “François de Salins”

En rouge, nos coups de coeur !

Nous retenons plusieurs secteurs particulièrement réussis : ceux de Corton Grand Cru et Pommard réalisent un sans faute avec de très grandes réussites  sur Pommard 1er Cru « Dames de la Charité » et Pommard-Epenots 1er Cru « Dom Goblet ».

Les 4 cuvées de Corton Grand Cru sont réussies avec un coup de cœur pour la nouvelle cuvée de Corton Les Renardes Grand Cru.

Le secteur de Beaune avec ses 10 cuvées nous permettra certainenement de réaliser de beaux achats sur les cuvées « Dames Hospitalières », « Nicolas Rolin », Les Grèves « Pierre Floquet » qui est bien partie pour être un coup de cœur, « Rousseau-Deslandes », « Cyrot Chaudron » et « Maurice Drouhin ».

Savigny lès Beaune 1er cru Vergelesses « Forneret » est assurément la meilleure de son appellation : elle sera dans notre liste de commissions !

Le secteur de Volnay nous a déçu : seules les cuvées de Santenots « Gauvain » et « Jean de Massol » se sont montrées aimables, et mieux que cela d’ailleurs : « Jean de Massol » est un coup de coeur et « Gauvain » en est tout proche !

Pernand Vergelesses 1er cru et Auxey-Duresses 1er cru sont 2 cuvées considérées comme des seconds couteaux de la vente : elles sont très réussies cette année et seront pour nous des cibles de choix.

Enfin, les grands crus de la Côte de Nuits tiennent leur rang et seront très courus. Avec 21 pièces de Mazis-Chambertin Grand Cru (contre 14 en 2021), ça vaut la peine de tenter un achat !

La Pièce des Présidents 2022

sera une cuvée très spéciale de

Corton Grand Cru

Vin vinifié et élevé dans une pièce issue de la Tonnellerie Latour, en hommage à Louis-Fabrice Latour, disparu cette année.

Cette pièce sera mise aux enchères au profit des associations « Princesse Margot » et « Vision du Monde » qui défendent la cause des enfants, et soutenues par Flavie Flament et Benoît Magimel.

C’est une bonne nouvelle ! 2021, année catastrophique en termes de quantité (56 pièces de blanc et moins de 400 pièces en rouge), est balayée par 2022 qui voit un retour à des niveaux de production habituels. Un avantage pour la Vente car plus de vin sera disponible. Quant à attendre une réelle baisse des cours… pas si sûr. La demande est très forte sur les vins de Bourgogne, notamment sur les années cotées.

« Dans ma position, bien sûr, on a envie que la vente soit belle, que la somme récoltée soit importante, et que les acheteurs ne se déprennent pas de la vente. Nous avons un très beau millésime entre les mains, assez sublime et prometteur. Toutes les planètes sont en train de s’aligner. » Ludivine Griveau

Le millésime 2022, un petit goût de 2009 ?

« Je suis toujours prudente, je l’apparenterais plus à l’année 1999 à cause du grain de tannin (texture, toucher ». 1999 c’est mon tout premier millésime. « Dans la structure même, nous avons un côté très enrobant, très flatteur, très séducteur… Et le volume ! Nous avons fait une belle récolte en blanc comme en rouge, c’était un un millésime homogène dans sa qualité. »

« En 2022, nous faisons le plein en rouge, en blanc aussi. Nous allons être sur une belle production de vin blanc aussi, malgré des peaux épaisses, des pulpes importantes, la libération des jus s’est bien passée. »

Au 26 septembre, les Hospices ont réalisé deux tiers des décuvages et a procédé aux premiers entonnages en milieu de semaine.

C’est le huitième millésime de Ludivine « Il me donne à nouveau beaucoup de satisfaction : nous avons été surpris dans les quantités de raisin et leur qualité : nous obtenons des jus équilibrés, les acidités sont là et les degrés aussi. C’est un millésime inespéré quand on a en mémoire l’été que nous avons passé. »

« La vigne a eu un peu d’eau quand même à des moments clé »

Ludivine Griveau, Régisseur du domaine des Hospices de Beaune fait un point sur la saison 2022

Après un millésime 2021 très bousculé par les conditions météorologiques mais aussi un contexte sanitaire et social difficile, on retrouve (enfin) un air de sérénité dans les vignes bourguignonnes. De confiance, même.

Anima Vinum fait le point.

Il suffit de naviguer entre les vignes de la côte bourguignonne cette année pour se rendre compte que la vigne est bien verte, les feuilles n’ont pas souffert des maladies cryptogamiques (merci les fortes chaleurs qui ont atténué les attaques de mildiou ! ), la plupart des grappes ont reçu suffisamment d’eau pour achever leurs maturités et se gonfler de jus (merci les pluies diluviennes de juin et les pluies salvatrices de la mi-août ! ), et les vignerons ont moins souffert de la pénurie de main d’œuvre pour les vendanges (merci la fin de l’état d’urgence ! )…

2022 vs 2021

Contrairement à 2021, ce millésime n’a pas trop souffert des gelées hivernales en Côte-d’or, d’où nous rédigeons ce post. Les quantités de vins prévues seront donc bien moins amputées que celles de 2021 – qui nous avaient fait pâlir – parfois divisées par deux ou trois !

Cette année, quelques durs passages de grêles (avec parfois des grêlons d’une taille assez incroyable) ont fouetté les vignes et détruit des parcelles. Cela a été valable sur tout le vignoble français et encore plus durement sur le bordelais et le mâconnais.

En Juin, les pluies parfois diluviennes nous ont fait serrer les dents, avec des bas de villages comme Gevrey-Chambertin baignés dans des flaques géantes faisant craindre des coulées de boues – heureusement évitées. Cela dit, ce mois de Juin a aussi assuré une belle réserve en eau des sols en Bourgogne.

Pour couronner le tout, 2022 a été “libéré” des contraintes sanitaires et les domaines ont fait le plein de main d’œuvre pour les vendanges – notamment manuelles.

Cerise sur le gâteau

Elles ont peut-être coulé vos vacances et vos rêves de bronzage, mais … les pluies de la troisième semaine d’août ont été accueillies comme une bénédiction par les agriculteurs en général et les viticulteurs en particulier. Jusque là, le monde végétal commençait à afficher les signes de sa souffrance. Les arbres en se défoliant, les prés en s’asséchant gravement et les vignes en bloquant les maturités de leurs grappes pour se concentrer sur le reste de la plante.

De ce fait, les raisins ne mûrissaient plus – les pinots noirs avaient du mal à effectuer leur véraison. Et dans les rangs, on commençait à évoquer les difficultés de vendanges… et les fameuses danses de la pluie. Après tout, ça marchait bien chez les Indiens…

Les vignerons ont dû danser un maximum durant leurs vacances, parce qu’il a fini par pleuvoir ! Des pluies de jardinier, des pluies qui mouillent, des pluies qui ne portent pas de grêle, des pluies de nuit avec un grand soleil la journée… Bref, un temps à faire grimper le sourire des vignerons sous les pommettes.

Mais pas tous, certaines parcelles subissent encore un blocage de la maturité…

Démarrage des vendanges

Eh bien pour tout vous dire, à l’heure qu’il est – ce 22 août 2022 – quelques vignerons sont déjà dans les rangs, vendangeurs à l’appui, en train de récolter les premiers blancs, les premiers Crémants. Oui, le démarrage est précoce. Mais le gros de la récolte s’effectuera néanmoins en Bourgogne durant la première semaine de septembre.

On rêve à l’intérieur de nous d’une année similaire à celle de 2018 où les caves s’étaient remplies allègrement et avaient balayé les souvenirs difficiles vécus pour certains en 2016 et d’autres en 2017. Pour cela, il faudra continuer à danser encore un peu afin d’encourager cette valse entre soleil et petites pluies rafraichissantes. Pour encourager aussi le moral des vignerons qui donneront une fois encore le meilleur d’eux-mêmes durant tout le démarrage de l’automne.